Bradley Cooper et son Leonard Bernstein, candidat sérieux à la Mostra de Venise

Bradley Cooper interprète un Leonard Bernstein dans « Maestro », son film présenté samedi en compétition à la Mostra de Venise, où il choisit d’explorer la vie privée du célèbre compositeur et chef d’orchestre.

En pleine grève de Hollywood, l’acteur et réalisateur (« A Star Is Born », « Very Bad Trip »…) n’a pas fait le déplacement.

En lice pour le Lion d’Or, le biopic du musicien, adoubé par sa famille et co-produit par Martin Scorsese et Steven Spielberg pour Netflix, doit être mis en ligne sur la plateforme le 20 décembre.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info

Inscription gratuite !

D’une facture assez lisse, « Maestro » s’attarde surtout, en deux heures, sur la vie sentimentale de Leonard Bernstein décédé en 1990, son homosexualité et sa relation tourmentée avec son épouse d’origine chilienne Felicia Cohn Montealegre, interprétée par Carey Mulligan.

La carrière hors du commun du compositeur qui a dirigé l’Orchestre philharmonique de New York et resté dans les annales pour sa partition de « West Side Story », succès majeur de Broadway, reste en toile de fond.

Comme dans « A Star is Born« , dont il partageait l’affiche avec Lady Gaga, Bradley Cooper explore les liens entre création et vie sentimentale de l’artiste. Le film montre aussi les relations de Bernstein avec ses enfants, à qui il a caché son homosexualité.

« Je ne sais pas pourquoi mon père a tout nié », a déclaré la fille aînée du maestro, Jamie Bernstein, dont les mémoires ont inspiré le film, lors d’une conférence de presse à Venise.

« Nous n’aurions jamais pensé que Bradley se donnerait tant de mal pour que [le personnage] soit authentique », a-t-elle poursuivi. « En réalité, c’est une histoire d’amour, celle de nos parents. »

La performance d’acteur de Bradley Cooper en fait un candidat sérieux au palmarès à Venise.

Aux États-Unis, le film a été précédé d’une polémique autour de la décision de Cooper de porter une prothèse nasale pour incarner Bernstein, fils d’immigrés juifs ukrainiens. Certains y ont vu une façon d’alimenter les stéréotypes antisémites sur les Juifs, mais les trois enfants du compositeur ont apporté leur soutien à l’acteur et réalisateur.

Vous êtes un de nos fidèles lecteurs

C’est pour cette raison que nous avons créé le Times of Israel, il y a de cela onze ans (neuf ans pour la version française) : offrir à des lecteurs avertis comme vous une information unique sur Israël et le monde juif.

Nous avons aujourd’hui une faveur à vous demander. Contrairement à d’autres organes de presse, notre site Internet est accessible à tous. Mais le travail de journalisme que nous faisons a un prix, aussi nous demandons aux lecteurs attachés à notre travail de nous soutenir en rejoignant la communauté du ToI.

Avec le montant de votre choix, vous pouvez nous aider à fournir un journalisme de qualité tout en bénéficiant d’une lecture du Times of Israël sans publicités.

Merci à vous,
David Horovitz, rédacteur en chef et fondateur du Times of Israel


Rejoindre la communauté du Times of Israël


Rejoindre la communauté du Times of Israël

Déjà membre ? Connectez-vous pour ne plus voir ce message

We wish to thank the writer of this article for this amazing content

Bradley Cooper et son Leonard Bernstein, candidat sérieux à la Mostra de Venise